Eglise de Peyruis

Peyruis ,

visite de la paroisse Saint Nicolas ( titulaire ) , Saint Roch ( patron )

( commentaire trouvé sur le net )

".... L’église paroissiale Saint-Nicolas connaît une première construction au XI ° siècle, dont ne subsiste que son bas-côté nord.
Elle est reconstruite dans la première moitié du XII ° siècle : la nef, longue de trois travées . Le bas-côté sud est voûté d’arêtes . La voûte du chœur gothique est à quatre pans, avec cinq nervures, et date des environs de 1500.


Toute l’église est peinte : faux appareil sur les murs, divers motifs végétaux et géométriques sur les colonnes et les arches.

Ses vitraux sont peut-être les seuls véritablement anciens du département (avec un doute de Raymond Collier) : le vitrail de l’œil-de-bœuf de la façade occidentale (saint Roch) et l’Agnus Dei du bas-côté nord dateraient du XVI ou du XVII ° siècle.
Les vitraux du chœur, l’Immaculée conception, à nouveau saint Roch et saint Nicolas, sont du XIX ° siècle..... "

Si l'art roman a marqué l'âme de la Haute Provence, l'art l'art gothique s'est manifesté à partir des XVème et XVIème siècles. L'église Saint Nicolas en est un témoignage.
    Le choeur présente une forme polygonale composée d'une nef et de deux collatéraux de trois travées voutées en berceau brisé.
    Le clocher carré est surmonté d'une flèche en tuf à six pans entourés de quatre clochetons.
    Si le choeur et le clocher peuvent dater du XVème et du XVIème siècles, le reste de l'édifice est plus récent. L'église renferme deux bustes reliquaires de Saint Roch et Saint Nicolas provenant de l'ancienne chapelle Saint Roch ( ancien cimetière ).


oculus "Saint Roch" , "in hoc signo vinces" « Par ce signe, tu vaincras ».
deux très belles toiles : "l'annonciation" et "l'assomption"
... sur le côté gauche , les fonts baptismaux , confessionnal ( XIX° ), ...

"qui crediderit et baptizatus fuerit salvus erit ..."
"celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé ....... mais celui qui ne croira pas sera condamné" ( Saint Marc 14.16 )

... bas côté gauche : autels du Sacré-Coeur et de Saint Roch
... choeur éclairé par des vitraux , et décoré par des peintures
aint Roch , Marie , Saint Nicolas et Saint Marcellin ( vitrail aveugle , adossé au clocher )
Christ en bois sur le maître-autel du XVII°
de magnifiques toiles : Jésus de douleurs (XIX°), le baiser de Judas (XIX°) et le martyre de Saint Antoine de Rivoli (XVIII°)
( ce dernier est un dominicain né à Rivoli ( A.Neyrot ), lapidé à Tunis en 1460, béatifié en 1767, fêté le 10 avril )*
... vers le bas-côté de droite , buste reliquaire à Saint Nicolas (XVIII°) , autel à la Vierge à l'enfant ( XVIII°)

... oratoire central dédié à la Vierge à l'enfant
... autel latéral dédié à Saint Joseph entouré par l'archange Michel et le curé d'Ars
... série de vitraux :

Jean l'évangéliste , Philomène , Joseph à l'enfant ,
Jean le Baptiste , ...
... fresques murales .....
 une fresque nous interroge,   interprétation possible : ( à discuter )
L'amour (coeur) éternel (sablier) de Jésus (croix) dépasse le bon (boeuf) et le méchant (serpent),
assure la justice (balance) au-delà du pouvoir terrestre (couronne)

... extrait du chemin de croix ....


... la cloche dite de "sauve-terre" , vestige de l'ancien monastère de Saint Marcelin ( détruit ), protégeant le village de l'orage et de le grêle
" Le Sauve-terre ou la cloche miraculeuse de Peyruis.
Quand le nuage menaçant dégringole de Tourdau (une haute colline derrière Peyruis)
Quand l'éclair et le tonnerre font rage sur le village
Petit, sort-moi vite, fait secouer mon battant
Rapidement vous ne verrez plus de grêle dans l'orage.
Le félibre Bérard "


 Faisait partie du diocèse de Sisteron et de la viguerie de Forcalquier, aujourd’hui chef-lieu de canton. La commune qui n’est pas très étendue, 2323 hectares, est cependant riche par sa position sur la rive droite de la Durance adossée à des collines, dernières pentes de la Montagne de Lure. L’abbé Féraud reconnaît que le climat est fort doux, il est de plus fort sain. Son territoire est assez fertile en blé, vin, huile et légumes (p. 411). C’est ce qui a attiré les colons romains qui, outre qu’ils y ont fait passer la voie Domitienne, se sont installés dans la plaine en de nombreux établissements (CAG, n° 149, p. 340-344). C’est aux alentours des années 963 ou 967 que Peyruis est cité pour la première fois. C’est à la faveur du don fait par l’évêque de Sisteron, Ours, au monastère naissant de Ganagobie, donnant les dîmes de la villa Petrosii avec l’église Saint-Pierre qui y est construite 1. L’église paroissiale est mentionnée en 1274, ecclesia de Petrosio (Pouillés, p. 118), et également un precemptor hospitalis pauperum de Petrosio au XIVe siècle (GCN I, Inst. col. 472). L’église est dédiée à saint Roch, mais ce ne peut être le titulaire d’origine, ce saint ayant vécu au XIVe siècle. Il pourrait s’agir de saint Marcellin comme nous le verrons ci après. Pour R. Collier l’église est un édifice composite mais dont le bas-côté nord paraît antérieur à l’ensemble de la bâtisse et remonterait au XIe siècle, vu l’appareil tel qu’il se montre en partie à l’extérieur. Ce bas-côté est couvert en berceau, ses fenêtres latérales ont été ouvertes tardivement (p. 56).

 

 

 

.

 

Chapelles et Oratoires

Peyruis - Chapelle Saint Roch

Peyruis - oratoire de Pont Bernard

Peyruis présente au moins deux édifices pré castraux dont il ne reste malheureusement rien, Saint-Pierre et Saint-Marcellin, mais ils sont révélateurs d’une vie intense durant la fin du premier millénaire, suite à la riche occupation gallo-romaine.

Peyruis - Eglise Saint-Pierre
GCN I, col. 684. Le texte est tiré du Livre vert : (Ours) donavit ecclesiae Ganagobensi, cum consilio canonicorum, decimas de villa Petrosii, cum ecclesia Sancti Petri ibidem constructa, quae ad ecclesiam suam pertinebat. L’auteur donne la date de 967. GC I, p. 29, donne par contre la date de 963.

Peyruis - Chapelle Saint-Marcellin

 

 

Tracez votre itinéraire
    Voir les options

De :  ou 

Vers :  ou 

 

Les Mées

Saint-Auban

Malijai

Volonne

Peyruis

L'Escale

Dabisse

Montfort

Lurs

Sourribes

Acces rapide