Culture

Culture

Comission Diocésaine d'Art Sacré

  • Catégorie : Culture
  • Publication : vendredi 17 avril 2020 08:49
  • Écrit par Administrateur site
  • Affichages : 167
  • 17 Avr

Art sacré

- Vue panoramique intérieure de la cathédrale de Senez -

Commission Diocésaine d’Art Sacré (CDAS)

« Pour la célébration de l’Eucharistie, le peuple de Dieu se rassemble dans une église. Cette demeure sacrée et les objets destinés au culte doivent être dignes et beaux, capables de signifier et de symboliser les réalités surnaturelles ». Cette indication du Missel Romain met en évidence la nécessité de la beauté des églises et de leur mobilier. L’Art qui a guidé leur réalisation touche le sacré ; c’est en un signe qui nous met en relation avec Dieu. Pour y veiller, il existe une Commission d’Art sacré.

Son rôle

« Ayant reçu mission de l’Évêque du diocèse, la Commission d’Art Sacré a pour rôle de veiller à l’aménagement des lieux de culte, en application des normes liturgiques, ainsi qu’à la conservation du patrimoine artistique contenu dans les édifices cultuels. Elle doit promouvoir la création artistique et favoriser la formation des fidèles dans le domaine de l’art sacré ».

Assemblée plénière de l’Épiscopat,
Extrait des statuts de la Commission d’Art Sacré,
Lourdes 1991

Sa mission

Elle reçoit d’abord une mission ecclésiale d’accompagnement, de conseil et de formation :

Dans l’application des normes liturgiques donnée par l’Église ;

Dans le respect des compétences et des responsabilités propres des propriétaires et affectataires des édifices cultuels ;

Dans le projet de construction ou de restauration d’un édifice religieux (église, chapelle, relais paroissial) ;

En dialogue avec les paroisses pour l’aménagement intérieur de l’église.

Elle exerce sa mission en collaboration avec les Services de l’État, du Département et des Municipalités, et en lien avec les associations locales.

Responsable de la commission :
Frère Philippe Markiewicz

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

« L’Église doit prendre le risque de la création »

« L’Église doit prendre le risque de la création »

 

Axelle Partaix | 26 mai 2019

Depuis quelques mois, la magnifique fresque de l’Apocalypse de saint Jean, œuvre du peintre François Peltier, est exposée dans le cloître de Saint-Emilion. Pour l’artiste, qui revendique son catholicisme, l’art sacré doit retrouver une place de choix dans l’Église.

À Saint-Émilion, ce début d’été s’annonce comme celui de l’Apocalypse. Le programme est chargé : le 16 juin aura lieu le premier des brasillements nocturnes organisés par la société qui a réalisé le spectacle son et lumière de Notre-Dame de Paris puis, le 7 juillet, France 2 diffusera Une vision de l’Apocalypse (film sur la création de l’œuvre) dans l’émission Le jour du Seigneur. Des conférences, vêpres solennelles et visites par l’artiste sont également prévues pour répondre à l’intérêt croissant des visiteurs venus admirer le tableau monumental (38 mètres de long sur 5 mètres de hauteur). Le projet avait vraiment tout du défi ! Mais ni les années de travail en perspective, ni les polémiques et les nombreuses contraintes n’ont eu raison de la motivation de François Peltier qui a choisi, il y a presque dix ans, de mettre son talent au service de l’Église.

Aleteia : « L’Église a besoin de l’art ». Lors de la bénédiction du tableau, le cardinal Ricard, archevêque de Bordeaux, a débuté son allocution en citant ce passage de la Lettre aux Artistes du pape saint Jean Paul II. En quoi l’art peut-il aider l’Église aujourd’hui ?
François Peltier : Je pense que l’art sacré est fait pour être utile. Il a bien évidemment une haute portée symbolique et spirituelle : en transmettant le message du Christ, il montre la persistance et la vivacité de la foi et de l’Église. Par la beauté, il permet de s’approcher du divin : saint Grégoire expliquait que l’art est un transitus privilégié pour accéder à Dieu. Il a aussi une dimension didactique pour les fidèles. Pour reprendre l’exemple de l’Apocalypse, c’est un texte très riche et très complexe et le cardinal Ricard a souligné que si nous en connaissons quelques passages par la liturgie, cette lecture parcellaire ne nous en donne pas les clés de sa compréhension. C’est la totalité du texte qui nous les donne. D’où le choix de la fresque, nécessaire pour comprendre l’œuvre dans sa globalité. Nous espérons que cette représentation de l’Apocalypse devienne une porte d’entrée vers la découverte du texte lui-même et donne envie à beaucoup de personnes de le lire. Ce souhait est en bonne voie de réalisation, plusieurs personnes ont déjà annoncé à l’abbé de Rozières, curé de Saint-Emilion et commanditaire du tableau, que, grâce à notre projet, elles avaient osé « entrer » dans cette lecture.

L’art me paraît aussi utile d’un point de vue purement pratique. Source de tourisme, il permet d’ouvrir les églises et sites religieux aux visiteurs curieux de découvrir les œuvres. Il apporte également de la vie et de la gaieté dans les lieux de culte et les paroissiens retrouvent la fierté de leur église. Pour la petite histoire, le prêtre en charge de l’église de Bias (47) m’a rapporté que depuis que nous y avons effectué la mise en couleur et le chemin de croix (en 2010), la fréquentation des offices a augmenté, ce dont je ne peux que me réjouir. Un patrimoine qui vit et crée est bien plus attractif qu’une simple conservation, il permet de renouer avec la dimension d’accueil de l’Église.

Et pourtant, intégrer la fresque de l’Apocalypse dans le cloître de Saint-Émilion, site classé, s’est révélé très compliqué, même pour une durée temporaire. L’art contemporain est-il vraiment compatible avec la conservation de monuments historiques ?
Nous avons en France un patrimoine historique incroyablement riche. Mais ce patrimoine, nous le gardons « sous verre ». Sous prétexte de conservation, tout est normé et soumis à des règles drastiques. Notre société a peur de l’engagement et du pérenne, elle préfère privilégier l’instant et l’éphémère. Notre première proposition d’une Apocalypse fixée à même le mur, et dans la durée,  a choqué. Cela « bouge les lignes du convenable » pour reprendre les paroles de l’une de mes interlocutrices à la DRAC. C’est pourquoi, nous avons dû mettre au point un système pour accrocher la fresque non pas directement au mur mais sur des panneaux de bois amovibles et pour une durée limitée à deux ans et demi. Degas (1834 –1917) disait déjà : « Lorsqu’un peuple ne pense plus qu’à conserver et restaurer, c’est qu’il n’a plus la force de créer » … Or cette force, je veux croire que nous l’avons ! Il est essentiel et urgent de faire vivre notre patrimoine religieux. Et vivre, cela implique d’évoluer, de continuer à se transformer. Je pense que la création est indissociable de la conservation et de la restauration, dans l’Église comme ailleurs.

Comment l’artiste doit-il s’intégrer à cette évolution ? Et comment l’Église peut-elle la favoriser ?
La condition indispensable est que se renoue un vrai dialogue entre les artistes et l’Église. Dans son discours, le cardinal Ricard a souligné la connivence profonde qui existe depuis des siècles entre l’Église et l’art. Mais aujourd’hui, en France, les artistes catholiques se sentent un peu abandonnés.

Il faut redonner sa place à la création et prendre conscience que l’artiste ne « décore » pas les édifices mais continue à les construire. Pouvez-vous imaginer combien il est stimulant pour un artiste de continuer à construire au XXIe siècle un cloître qui a cinq siècles ! Il mêle son travail à celui des artistes des siècles passés et perpétue ainsi ce message intemporel qu’est celui du Christ avec l’esprit et les moyens de son époque. C’est un message très fort, il montre la persistance de la foi et la continuité de l’Église.

Il faudrait aussi former davantage les prêtres à l’art sacré. Leur environnement est l’un des plus beaux qui soit. Certaines églises sont des joyaux invraisemblables ! Il faut prendre conscience du lien qui unit beauté et foi et être toujours novateur pour continuer à développer cette beauté. Cela contribue à changer l’image de l’Église en la montrant non pas poussiéreuse et passéiste mais vivante et tournée vers l’avenir. « La beauté sauvera le monde », a dit Dostoïevski. «  Elle sauvera l’Église aussi » m’a confié un jour un père Dominicain. Perpétuer cette beauté par la création, nous inscrire dans une lignée et faire le pari de l’intemporel vainqueur de l’éphémère, c’est croire en l’avenir et en l’homme. C’est pourquoi l’Église doit prendre le risque de la création !

Mais attention, l’Église n’est pas une galerie. Ce n’est pas son rôle d’imiter la société civile avec des expositions de pseudo art sacré, des « numéros éphémères d’artistes » plaqués pour des motifs financiers ou médiatiques. L’Église doit garder la main sur le sujet et l’orthodoxie des œuvres exposées sous peine de laisser délivrer un message faux, hérétique ou même blasphématoire. En même temps, il faut que l’artiste puisse disposer de toute liberté artistique et formelle pour relayer le message. Chacun ses compétences et beaucoup de discipline ! C’est ainsi que nous avons travaillé avec l’abbé de Rozières. Son soutien et son énergie n’ont jamais fait défaut malgré les difficultés auxquelles nous avons dû faire face. Et c’est également ainsi que depuis plus de huit ans, j’ai pu consacrer ma carrière à l’art sacré et travailler avec des prêtres, curés, évêques qui, comme le pape François, sont convaincus que « les arts expriment la beauté de la foi ». Et nous parlons bien là de beauté et non d’esthétisme !

Pourquoi distinguer les deux ? Et qu’entendez-vous par pseudo art sacré ?
Beau et esthétique, sacré et religieux, des mots qui apparemment se ressemblent mais qui en fait n’expriment pas la même chose. Esthétique est un mot créé au XVIe siècle, il décrit ce qui obéit à des règles. C’est une apparence de beauté qui devient très vite une norme, une imitation. Faire beau n’est pas forcément être beau. La beauté est une démarche intérieure, profonde. Elle peut avoir un aspect différent suivant les époques, les lieux et les civilisations, mais elle garde une constante : elle se nourrit d’absolu alors que l’esthétisme est un peu comme la beauté du diable.

Quant à la différence entre le sacré et le religieux, cette phrase d’un critique d’art me paraît bien la résumer : « Lorsque Giotto peint sa maîtresse, on dirait la Vierge, alors que lorsque Raphaël peint la Vierge, on sent que c’est sa maîtresse ». L’un (le religieux) est la forme, l’autre (le sacré) est le fond. Le religieux n’est pas forcément sacré, le sacré n’est pas forcément religieux mais le sacré est toujours transcendant. Désirer une peinture spiritualiste est une question d’attitude, pas de sujet.

C’est pourquoi le rôle de l’artiste est fondamental : la sacralité se fait à l’intérieur de la tête ou du cœur de celui qui peint. Le peintre est un « passeur », il rend visible l’invisible, ouvre une fenêtre sur Dieu, mais pour cela, il doit être lui-même convaincu qu’il existe un invisible. Cela suppose aussi d’accepter l’existence de quelque chose de supérieur à soi, de mettre son ego entre parenthèses. Moins on a d’ego, plus on fait passer de choses. Saint Jean Paul II mettait en garde contre la tentation de l’orgueil et la jalousie de l’artiste. N’oublions pas que les deux sont à l’origine de la révolte des anges. Au bout d’un  moment, ce n’est plus l’artiste qui décide, c’est le tableau qui le demande. Omer Van de Weyer, le maître aujourd’hui disparu qui m’a formé, disait : « On ne peint pas ce que l’on voit, on peint ce qui est, on ne peint pas la réalité, on peint la Vérité ».

Trompettes du Carrefour - Famille

Les adolescents et internet...
Published: janvier 05, 2019 Category: Familles Hits: 1107
LA CONSOMMATION SUR ECRANS POURSUIT SON DEVELOPPEMENT Si le téléviseur reste le premier équipement du foyer, le smartphone renforce sa première place comme terminal personnel (84% des 13-19 ans et 24% des 7-12 ans), devant l’ordinateur et la...

Trompettes du Carrefour - Concerts et manifestations

GLORIOUS à Manosque
Published: octobre 27, 2019 Category: Concerts et manifestations Hits: 1078

Trompettes du Carrefour - Loisirs

Article test de mise en page
Published: septembre 19, 2018 Category: Loisirs Hits: 629

Trompettes du Carrefour - Société

Article test de mise en page
Published: septembre 19, 2018 Category: Société Hits: 637

Trompettes du Carrefour - Culture

« L’Église doit prendre le risque de la création »
Published: mai 26, 2019 Category: Culture Hits: 162
« L’Église doit prendre le risque de la création »   Axelle Partaix | 26 mai 2019 Depuis quelques mois, la magnifique fresque de l’Apocalypse de saint Jean, œuvre du peintre François Peltier, est exposée dans le cloître de Saint-Emilion. Pour...
Comission Diocésaine d'Art Sacré
Published: avril 17, 2020 Category: Culture Hits: 167
Art sacré - Vue panoramique intérieure de la cathédrale de Senez - Commission Diocésaine d’Art Sacré (CDAS) « Pour la célébration de l’Eucharistie, le peuple de Dieu se rassemble dans une église. Cette demeure sacrée et les objets destinés au culte...

Trompettes du Carrefour - Informations générales

Visite d'un santonier

Visite d'un santonier

Published: janvier 12, 2019 Category: Les Mées Hits: 1500
Ayant appris par une Méenne, l'existence d'une crèche "spéciale" aux Mées, "crèche provençaleanimée" arrivée de Marseille dans les années 1955 à l'initiative de l'Abbé Vallauris alors curé de la paroisse, monsieur Patrick Volpes, santonnier de renom à Champtercier, s'est rendu sur place afin de la visiter. Passionné par les santons depuis 1976, il a reçu le prix d'Excellence Artisanale en 1987. On peut dire que c'est un spécialiste qui s'est penché avec attention sur ces petites figurines...
Amis de l'Orgue des Mées

Amis de l'Orgue des Mées

Published: mars 04, 2019 Category: Les Mées Hits: 1452
Assemblée générale des Amis de l'Orgue des Mées   Après avoir énoncé les comptes rendus moral et financier, et exposé les projets à venir, à savoir : finaliser les travaux et organiser un concert le 7 avril prochain, Christian Simon, "organiste et trésorier de l'association" a comblé les participants à cette assemblée en les conduisant auprès de l'orgue. Il a pu ainsi leur offrir une meilleure appréciation du travail accompli en les faisant profiter d'une démonstration sur cet instrument...
Concert d'orgue le 7 avril

Concert d'orgue le 7 avril

Published: mars 14, 2019 Category: Les Mées Hits: 1400
                         L'Association"Les Amis de l'Orgue des Mées" et le Groupe vocal Régis Dejasmin Vous invitent le dimanche 7 avril à 17H en l'Eglise Notre Dame de l'Olivier à un concert  afin de finaliser les travaux  de  restauration de l'orgue. En  ouverture Christian Simon vous fera entendre la “voix” de l'orgue en partie restauré Ensuite le groupe "Vocal Régis Dejasmin"interprètera un concert lecture : "On peut s'assoir à coté de vous". Psaumes polyphoniques de la renaissance Libre participation  Renseignements  04 92...
Lorsque bénévolat et association se complètent

Lorsque bénévolat et association se complètent

Published: juillet 17, 2019 Category: Les Mées Hits: 766
LES MEES Lorsque bénévolat et association se complètent pour un beau projet patrimonial. L'association des amis de l'orgue des Mées crée en 2016 à pour but la restauration de l'orgue de l'église Notre Dame de l'Olivier. Ce projet prend forme grace aux généreux donateurs, aux bénévoles et aux différents groupes musicaux qui se sont produits gratuitement : Touristes des Alpes, Echo de forcalquier, groupe Régis Dejasmin. Déjà l'orgue a en partie retrouvé sa voix que l'on peut entendre sous les...
Orgue de l’église Notre Dame de l'Olivier

Orgue de l’église Notre Dame de l'Olivier

Published: novembre 17, 2018 Category: Les Mées Hits: 1809
L'Echo Forcalquieren au chevet de l'orgue de l’église Notre Dame de l'OlivierVoilà une bonne nouvelle a vous annoncer : " l'Association les amis de l'orgue des Mées" soutenue par ses adhérents et généreux donateurs à fait du chemin.Un premier concert en 2017 offert par les Touristes des Alpes avait permis de recueillir des dons. On a donc réitéré l'expérience....Ce dimanche 20 septembre après midi, l'Echo Forcalquieren a investi la salle des fêtes pour un magnifique concert qui a séduit et...
mini concert tous les mardis

mini concert tous les mardis

Published: juillet 18, 2019 Category: Les Mées Hits: 824
               A l'occasion de l'ouverture de l'Eglise Notre Dame de l'Olivier, Christian vous invite à un mini concert tous les mardis du mois d'août de 11h à 11h30 (gratuit)
7 juillet 2019 Fête de Sainte Consorce

7 juillet 2019 Fête de Sainte Consorce

Published: juillet 08, 2019 Category: L'Escale Hits: 850
L'Escale Ce dimanche matin, le fête de Ste consorce a été marquée en l'église de l'Escale avec une messe célébrée par  le Père Francois Xavier. L'assemblée, nettement plus nombreuse que les dimanches ordinaire accueillait  monsieur Claude Fiaert maire de L'Escale et quelques membres de son conseil municipal, ainsi que de nombreux escalais qui avaient à coeur de célébrer  la fete de notre sainte. Comme chaque année, une partie de l'animation musicale a été assurée par le groupe : Les Totoboy, qui ce...
Notre Dame de l'olivier aux Mées : Un beau cadeau pour "Les Amis de l'orgue"

Notre Dame de l'olivier aux Mées : Un beau cadeau pour "Les Amis de l'orgue"

Published: octobre 12, 2019 Category: Les Mées Hits: 699
La chorale de Volonne "A Viva Voce" et son chef de chœur Jean-Christophe Berger, avec la complicité de Marguerite Molle, choriste et membre du conseil paroissial, ont fait un magnifique cadeau aux "Amis de l'orgue" en leur offrant un concert au profit de la restauration de l'orgue de l'église paroissiale, entreprise par l'association. La Présidente a remercié tous les présents et tous ceux qui participent de près ou de loin à ce beau projet. Un grand merci à Jean Christophe et ses choristes et à la...

Les Mées

Saint-Auban

Malijai

Volonne

Peyruis

L'Escale

Dabisse

Montfort

Lurs

Sourribes