logo19 La quete en ligne

Nous vous invitons à voir...

Vivre le confinement : les conseils d’un moine

Philippe Lissac / GODONG ref FR356658B
 

S’il y a bien des experts du confinement en France, ce sont les moines et les moniales qui ont fait ce choix de vie… en liberté et en connaissance de cause ! L’occasion de demander à l’un d’entre eux quelques conseils pour mieux vivre cette période inédite, qui ne doit pas rimer avec inertie mais discipline.

À l’abbaye de saint Wandrille aussi, c’est l’heure du confinement. La boutique a fermé ses portes, les derniers hôtes sont partis mardi, et les moines s’installent une stalle sur deux, en quinconce et sur quatre rangs au lieu de deux, pour prier ensemble. Pas de malade pour le moment dans cette communauté d’une trentaine de frères, âgés de 24 à 93 ans. Et comme nous l’avoue d’emblée l’un d’entre eux, « il n’y a pas grand-chose qui change pour nous, à part peut être la promenade en dehors de la clôture que nous aurions du faire pour la mi-carême ! ». « Et puis dans un monastère, tout se fait sur place, la règle de saint Benoit a tout prévu, même confinés, nous avons une clôture de quatorze hectare, de grands couloirs, un réfectoire majestueux… » Facile donc de respecter la distance des « un mètre ».

Habiter le temps…

Mais alors pour ces experts, quels sont les secrets pour vivre un « bon » confinement ? « Le confinement c’est un apprentissage, il faut habiter le temps, le vivre dans l’instant et ne pas le laisser couler de manière difforme », explique le moine de Saint Wandrille. Dans la vie des moines, c’est assez facile à mettre en place, puisque leur vie est rythmée par les offices. « Dieu se donne dans l’instant présent, même en temps de crise ! » Mais pour les autres confinés, il faut également apprendre à  vivre le temps présent, et c’est le premier pilier de la vie confinée. « Se concentrer sur ce que je fais, à l’instant, et quand le temps est écoulé, s’arrêter pour passer à autre chose, voila une façon « constructive » de passer le temps…

… avec discipline

Le deuxième pilier de la vie confinée, c’est la discipline. « Paradoxalement, un temps de confinement peut être un temps de dispersion, et d’anxiété surtout à l’heure de réseaux sociaux, si chronophages ». Et entendre ce moine, « coupé du monde » depuis dix ans, expliquer avec clarté et une grande connaissance, le monde des Facebook, Twitter et Instagram, où nous sommes si nombreux à dilapider notre temps. « La liberté intérieure peut être anéantie par la vacuité d’internet tout comme par l’absence de discipline ». Il faut donc hiérarchiser l’important, et se détourner de ce qui nous en éloigne. L’Homme doit rester maitre de lui-même, accepter sa faiblesse mais aussi se maitriser. Ainsi pour en revenir aux écrans, qui semblent à tous indispensables pour ne pas être coupé du monde, en cette période de confinement, on peut les utiliser, mais à bon escient. « Le chapelet en direct avec le Pape sur le site du Vatican, n’est pas du temps perdu ! Mais c’est 30 minutes, pas trois heures à réactualiser sa page Twitter… »

 

Le rapport au temps est donc le vrai challenge de ce confinement. Trouver une discipline dans l’horaire de sa journée, des temps dédiés, prévus à l’avance, pour rythmer sa journée. « Ce confinement peut aussi être l’occasion de faire autrement, de repenser à ses priorités de vie ». Et de se poser aussi les bonnes questions, « qu’est ce que je ne fais pas d’habitude et que je peux faire à présent ? »

 

Rester en communion

L’autre besoin que ce confinement met en exergue, c’est le besoin essentiel pour les hommes d’être en communion. « Le confinement touche à notre désir de sociabilité, un désir qu’il faut également cultiver ». Là encore, rien ne vaut le contact humain, et donc plutôt le téléphone, la voix qui communique plus qu’un réseau social ! Les très nombreuses initiatives inventives entres voisins ou paroissiens en sont d’ailleurs la preuve ! Enfin s’il faut encore se convaincre, il est bon de savoir que même les ermites, s’imposent une discipline, au quotidien. Et pour ce qui est de la communion avec les autres, ils la vivent à travers l’union de prière ! Là est le secret, vivre en communion avec les autres, tout éloignés qu’ils soient. Et penser également à ceux qui vivent « la double peine », comme les SDF par exemple. « Ne négligeons jamais la force de la prière et la communion des saints », conclut notre moine normand.

Nouvelles - confessions, communion,...

Le conseil du Pape pour se confesser

« Si tu ne trouves pas de confesseur, il faut que tu t’adresses directement à Dieu » pour lui demander son pardon, a expliqué le pape François en s’appuyant sur le Catéchisme de l’Église catholique (CEC) lors de la messe à la Résidence Sainte-Marthe au Vatican le 20 mars 2020. En lui disant ainsi la vérité, en lui demandant pardon, avec un « acte de contrition bien fait », la « grâce de Dieu » agira et « notre âme redeviendra blanche comme la neige ».

Conférer l'absolution collective

Dans les territoires les plus touchés par l’épidémie de coronavirus, l’absolution des péchés pourra être « collective et sans confession individuelle préalable », indique la Pénitencerie apostolique dans une note rendue publique le 20 mars 2020. Cette décision revient aux évêques diocésains en lien avec la Conférence épiscopale de leur pays.

La prière de communion spirituelle dite chaque matin par le Pape

À l’écoute de la demande croissante de conseils pour se joindre à l’Eucharistie sans pouvoir y assister physiquement, le Pape a récité jeudi lors de la messe matinale à la maison de Sainte-Marthe à Rome une magnifique prière de communion spirituelle attribuée à un saint espagnol. Une prière que le souverain pontife récite chaque matin.

À tes pieds, ô mon Jésus,
je m’incline et je t’offre le repentir de mon cœur contrit qui s’abîme
dans son néant et Ta sainte présence.
Je t’adore dans le Saint Sacrement de ton amour,
désireux de te recevoir dans la pauvre demeure que mon cœur t’offre.
En attente du bonheur de la communion sacramentelle,
je veux te posséder en esprit.
Viens à moi, ô mon Jésus, pour la vie et pour la mort.
Que ton amour enflamme tout mon être, pour la vie et la mort.
Je crois en toi, j’espère en toi, je t’aime. Ainsi soit-il.

 

L’Église prend de nouvelles dispositions pour la Semaine sainte et Pâques

Si la date de Pâques « ne peut être transférée », celle de la messe chrismale peut être reportée par l’évêque à une date ultérieure, a indiqué ce jour la Congrégation pour le culte divin. Concernant le Triduum pascal, elle invite les évêques à ce que des « moyens de communications télématiques en direct » soient mis en place pour permettre aux fidèles de s’unir à la prière. Concernant les expressions de la piété populaire et les processions qui enrichissent les jours de la Semaine sainte et du Triduum Pascal, la Congrégation précise qu’« au jugement de l’évêque diocésain », elles pourront être transférées « à d’autres jours convenables, par exemple les 14 et 15 septembre ».

 

Message du père Francois Xavier

Chers frères et sœurs, chers amis,
En ce dimanche, par respect des consignes de confinement, en privé, nous célébrerons la messe pour vous et en esprit avec vous à 10h. Vous pourrez la suivre à la télévision sur France2. Pour la semaine à venir, nous vous donnerons quelques indications pour garder le lien communautaire et continuer à nous soutenir dans la prière et par la charité fraternelle ! 
Bon courage dans cette épreuve et que le Seigneur nous soit favorable et nous garde dans sa paix ! Bon dimanche 
 
P. François Xavier A.

Mgr Aupetit, archevêque de Paris, invite toutes les personnes de bonne volonté à prier sainte Geneviève

Dans sa lettre intitulée « Qu’as-tu fait de ton frère », Mgr Aupetit, archevêque de Paris, invite tous les catholiques de Paris et toutes les personnes de bonne volonté à prier sainte Geneviève jusqu’à la fin de la pandémie de coronavirus

« Puisque cette année notre diocèse fête les 1.600 de la naissance de sa sainte patronne, j’invite tous les chrétiens et les hommes de bonne volonté à réciter chaque jour et jusqu’à la fin de la pandémie la prière à Sainte Geneviève qui a su, par sa consécration, son courage et sa prière, sauver les parisiens des plus graves fléaux », a souligné Mgr Aupetit dans une lettre adressée vendredi à tous les catholiques de Paris. Il les invite également à vivre un jour de jeûne tous les mercredis jusqu’à Pâques. Voici la prière à sainte Geneviève :

Sainte Geneviève, écoute favorablement nos prières.
En nous tournant vers toi, nous nous souvenons
De tous les bienfaits que depuis seize siècles, tu n’as cessé
d’obtenir de Dieu en faveur de ceux qui implorent.

Aujourd’hui, de nouveau,
Nous en appelons à ta puissante intercession.
Veille sur notre Ville Capitale, et tous ses habitants.
Conduis à Dieu tous ceux qui Le cherchent sans le savoir.

 

Soutiens les hommes et les femmes qui ont la belle mission de gérer les affaires publiques.
Transmets leur Lumière pour éclairer leur conscience,
qu’ils soient de dignes serviteurs du bien commun.

Penche-toi sur les hommes et les femmes
Désabusés par la vie, les malades et les mourants,
qu’ils trouvent sur leur chemin aide et secours.

Donne-nous ton regard généreux pour nourrir
les affamés, protéger les faibles et secourir les exilés.

Toi, la femme énergique qui n’a pas eu peur de t’engager,
Soutiens les nombreux jeunes et étudiants
Qui cherchent à bâtir leur vie durablement.

Fais grandir en nous l’Amour de l’Église dans laquelle
Tu as consacré ta vie et que tu ne cessas de servir.
Que cette année anniversaire dans notre diocèse
Fasse rayonner dans Paris, la joie de l’Évangile.

Sainte Geneviève, nous t’en supplions,
Prie Dieu pour nous,
Par Jésus Christ, dans l’Esprit :
Amen !

Les Mées

Saint-Auban

Malijai

Volonne

Peyruis

L'Escale

Dabisse

Montfort

Lurs

Sourribes