logo19 La quete en ligne

Nous vous invitons à voir...

Message des évêques de France aux catholiques et à tous nos concitoyens , le 18 mars 2020

Paris, le 18 mars 2020

COVID-19 : Message des évêques de France aux catholiques et à tous nos concitoyens

L’ensemble des évêques de France invitent les Français à un geste commun le mercredi 25 mars prochain. Les catholiques lui donneront une signification particulière en raison de la fête de l’Annonciation, mais tout le monde peut s’y joindre : déposer une bougie sur sa fenêtre au moment où les cloches sonneront sera une marque de communion de pensée et de prière avec les défunts, les malades et leurs proches, avec tous les soignants et tous ceux qui rendent possible la vie de notre pays. Ce sera aussi l’expression de notre désir que la sortie de l’épidémie nous trouve plus déterminés aux changements de mode de vie que nous savons nécessaires depuis des années. Nous, catholiques, demanderons en même temps à la Vierge Marie de remplir nos cœurs de foi, d’espérance et de charité en ces temps et de nous obtenir la grâce de l’Esprit-Saint pour que nous sachions trouver les gestes nécessaires.

Mgr Éric de Moulins-Beaufort
Archevêque de Reims
Président de la Conférence des évêques de France

Message de Mgr Jean-Philippe Nault à l’occasion de la solennité de l‘Annonciation

Regardez bien aujourd’hui, le Soleil se lève…

Bien sûr, comme tous les jours notre étoile familière et réconfortante va venir réchauffer et éclairer notre planète… Mais aujourd’hui, il s’agit d’une lumière bien plus belle encore, bien plus puissante et surtout bien plus aimante… Aujourd’hui, le Sauveur vient illuminer notre monde et plus spécifiquement chacun de nous…

On pourrait commenter ainsi ce que nous célébrons en ce jour, l’Annonciation. Dieu vient demander à une humble jeune fille si elle accepte de devenir la Mère du Sauveur, c’est-à-dire si elle accepte de donner au monde le Sauveur, son fils Jésus. Et Marie dit “Qu’il me soit fait selon Ta parole…”. Marie dit Oui, par amour de Dieu et par amour de son peuple. En disant Oui, Marie fait se lever celui qui se définira lui-même comme “la lumière du monde”, Jésus.

Coronavirus : comment la grâce de Dieu se donne en l’absence de prêtre ?

KONFESJONAŁ


Beata Zawrzel/REPORTER
 

En accordant le don de l’indulgence plénière aux malades du coronavirus dans l’incapacité de recevoir la communion, le sacrement des malades et la confession, l’Église témoigne de la miséricorde infinie de Dieu. Avec une règle toute simple : en l’absence de prêtre, on fait ce que l’on peut !

La Pénitencerie apostolique, l’un des trois tribunaux de la Curie romaine, a publié ce vendredi 20 mars un décret accordant le don des Indulgences spéciales aux fidèles souffrant de la maladie Covid-19, ainsi qu’aux travailleurs de la santé, aux membres de la famille et à tous ceux qui s’occupent d’eux, y compris par la prière. Il s’agit de répondre en particulier à « ceux qui ne peuvent pas recevoir les sacrements ». Dans une configuration générale où de nombreux fidèles n’ont plus accès à leurs prêtres, cette disposition du Saint-Siège a soulevé une question : pourquoi le pape François n’étend-il pas par exemple la faculté d’entendre les confessions par téléphone ? Tout simplement parce que ce n’est pas possible.

Nouvelles : le pape François recommande la confession de désir

« Si tu ne trouves pas de confesseur, il faut que tu t’adresses directement à Dieu » pour lui demander son pardon, a expliqué le pape François en s’appuyant sur le Catéchisme de l’Eglise catholique (CEC) lors de la messe à la Résidence Sainte-Marthe au Vatican le 20 mars 2020.

A l’approche de la fête de Pâques, beaucoup de fidèles ont le désir d’aller se confesser pour se « retrouver avec Dieu », a souligné le Souverain pontife. Mais alors que des mesures de confinement assez sévères ont été prises dans certains pays dont l’Italie, bon nombre se demanderont comment recevoir le sacrement de pénitence alors qu’ils ne peuvent pas sortir de chez eux, a-t-il relevé.

Pour le chef de l’Eglise catholique, le catéchisme est « très clair » à ce sujet : la confession individuelle et intégrale suivie de l’absolution demeure le seul mode ordinaire par lequel les fidèles se réconcilient avec Dieu et l’Eglise, « sauf si une impossibilité physique ou morale dispense d’une telle confession » (CEC 1484). Ainsi, « si tu ne trouves pas de confesseur, il faut que tu t’adresses directement à Dieu », a expliqué le pontife précisant la nécessité d’aller tout de même se confesser plus tard.

En lui disant ainsi la vérité, en lui demandant pardon, avec un « acte de contrition bien fait », la « grâce de Dieu » agira et « notre âme redeviendra blanche comme la neige ». Dieu est comme un Père qui guette le retour de son fils, a encore expliqué l’évêque de Rome. Pendant la période du Carême, a-t-il pointé, sa “tendresse” doit pouvoir toucher les cœurs des catholiques et les guérir de toutes les « blessures de la vie ». « Le Seigneur est capable de transformer le cœur mais cela demande de faire le premier pas », a-t-il confié.

Les médecins sont des « colonnes », salue le pape

« Hier, j’ai reçu un message d’un prêtre de Bergame demandant de prier pour les médecins de Bergame, Treviglio, Brescia, Cremona », a par ailleurs expliqué le primat d’Italie au début de la célébration eucharistique. Ces derniers « donnent leur vie pour aider les malades et pour sauver la vie des autres », a-t-il salué avant de demander de prier pour eux.

Le successeur de Pierre a également demandé de prier pour les autorités. Cette crise sanitaire n’est pas facile à gérer pour eux, a-t-il remarqué, « et souvent ils souffrent de malentendus ». Qu’il s’agisse des médecins, des personnels hospitaliers, de bénévoles de santé ou des autorités politiques, « ce sont pour le moment des colonnes qui nous aident à avancer et à nous défendre dans cette crise ».

Illuminons l'Annonciation

illuminons l annonciation cef

 Demain 25 mars 2020: Illuminons l’Annonciation

Mercredi 25 mars, nous fêterons l’Annonciation du Seigneur. Cette année, sans l'avoir voulu, nous la fêterons, confinés, dans nos maisons !

Pouvons-nous célébrer cette fête plus en vérité, plus intensément, plus en communion?

Quand les cloches sonneront, à 19h30, que chacun, dans sa maison, ouvre sa Bible ou prenne le texte ci-dessous et lise, seul ou en famille, le récit de l'Annonciation, Évangile selon saint Luc (1,26-38).

Les Mées

Saint-Auban

Malijai

Volonne

Peyruis

L'Escale

Dabisse

Montfort

Lurs

Sourribes