en ces temps difficiles

En ces temps difficiles...
Acces a tous les articles

logo19 La quete en ligne

HOMELIE DU 5e DIMANCHE DE PAQUES – LE 10 MAI 2020

le cheminLes textes de ce 5e dimanche de Pâques nous parlent de l’Eglise, de la foi et du rôle central que le Christ occupe dans la relation entre les hommes et Dieu.

Très tôt dans la jeune communauté de ceux qui adhéraient à la prédication des apôtres, s’est posé un problème de discrimination. La raison de cette situation n’est rien d’autre que le succès de l’annonce. D’un petit groupe soudé au Cénacle, la communauté est devenue plus nombreuse. Elle a un problème de nouveau riche.  Comment gérer harmonieusement son succès ? Ils sont affrontés à la gestion de différences et des sensibilités culturelles. Ce qui est évident dans le texte de la première lecture, c’est que les veuves d’origine grecques sont victimes de discrimination. Quand on connait la culture juive de l’époque, on sait que prendre soin des veuves est un devoir sacré. Il ne peut s’agir que de négligence de la part de ceux qui étaient en charge du partage.

Quand cette situation a été su des apôtres, ils ont convoqué l’assemblée de l’Eglise ; rappeler la priorité et laisser parler l’Esprit Saint qui fait toute chose nouvelle pour solutionner un nouveau problème. La démarche des apôtres peut être ainsi résumée : faire Eglise - sauvegarder l’essentiel - s’ouvrir à la nouveauté.

Faire Eglise, c’est se rassembler quand le besoin se fait sentir pour parler franchement et se dire ce qui doit être dit pour le bien de la communauté. C’est se parler entre frères et sœurs pour restaurer l’harmonie du groupe.

Pour ce qui est de l’essentiel ; « Il n’est pas bon que nous délaissions la parole de Dieu pour servir aux tables. » Pour les apôtres l’essentiel c’est que les difficultés ne mettent pas en péril l’annonce de la Parole de Dieu. En d’autres termes, il s’agit de ne pas se laisser distraire de l’essentiel.

A situation nouvelle, solution nouvelle. Les apôtres n’ont pas eu peur de s’ouvrir à la nouveauté. Guidés par l’Esprit Saint, ils ont fait le choix de créer un nouveau ministère au service de la charité. Comme quoi la foi sait se réinventer de nouveaux chemins d’espérance. Dans la foi et la pleine confiance à l’Esprit de Dieu, on finit toujours par venir à bout des situations qui semblent à première vue inextricables.

Dans l’Evangile, Jésus invite ses disciples à sortir de leurs calculs bassement humains pour entrer dans une nouvelle perspective ; celle que porte la foi. Les compagnons d’Emmaüs nous ont décrit l’une des motivations de leur adhésion au message de Jésus : « et nous qui espérions qu’il serait le libérateur d’Israël. » Vous pouvez donc vous imaginer dans quel état d’esprit ils étaient lors de ce dernier repas ; déçus, désenchantés avec un sentiment de trahison de leur espérance. C’est à ces hommes que Jésus s’adresse : « Que votre cœur ne soit pas bouleversé : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. »  

Les questions de Thomas et Philippe montrent bien leur état d’esprit mais également leur désir d’assurance et de consolation.     Thomas lui dit :« Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment pourrions-nous savoir le chemin ? » et Philippe lui dit : « Seigneur, montre-nous le Père ; cela nous suffit. » A Thomas, il répond qu’il est la parfaite image du Père. A Philippe, il dit le rôle de médiation qu’il joue entre Dieu et les hommes. Il est le sacrement ; signe visible et efficace, de Dieu pour le salut du monde. Mais plus que tout, il les invite à une plus grande foi en Lui. Son enseignement et les signes de son ministère sont l’expression du dessein de salut de Dieu pour son peuple. En cela, il exhorte les disciples à changer de logiciel pour se configurer à l’initiative d’amour et de salut du Père dont il est l’envoyé, le signe et l’instrument. Toute sa vie n’a été que reflet de l’amour de Dieu pour les hommes. Sa mort en est le couronnement.

« Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. » En ce dimanche, Nous sommes invités à nous rapprocher du Christ ; à lui faire davantage confiance et à nous engager à passer par lui ; porte par excellence vers le cœur de Dieu.

De la 2e lecture de ce jour, nous pouvons tirer l’exhortation pratique pour notre vie de chaque jour. « Bien-aimés, approchez-vous du Seigneur Jésus : il est la pierre vivante rejetée par les hommes, mais choisie et précieuse devant Dieu. Vous aussi, comme pierres vivantes, entrez dans la construction de la demeure spirituelle, pour devenir le sacerdoce saint et présenter des sacrifices spirituels, agréables à Dieu, par Jésus Christ. […] que vous annonciez les merveilles de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière. »

Que le Seigneur continue de garder son peuple. Qu’il nous conserve ses grâces et son amour. Amen !

Les Mées

Saint-Auban

Malijai

Volonne

Peyruis

L'Escale

Dabisse

Montfort

Lurs

Sourribes