en ces temps difficiles

En ces temps difficiles...
Acces a tous les articles

HOMELIE DU CINQUIEME DIMANCHE DE CARÊME « A »

HOMELIE DU CINQUIEME DIMANCHE DE CARÊME « A »

Dimanche 29 mars 2020

Après avoir écouté cette portion d’Evangile, on peut se dire que Lazare a eu bien de la chance d’avoir Jésus à porter de sollicitation. Suite à la prière de ses sœurs, il a obtenu de Dieu une prolongation de ses jours. Jésus manifeste ainsi sa puissance de Fils de Dieu ; celui par qui Dieu donne la vie à ceux qui mettent leur espérance en lui.

A première vue, on peut croire que ce miracle qui parle de retour à la vie est une illustration de la résurrection : celle à laquelle nous aspirons et que nous professons tous les dimanches et aux solennités. Comme c’est rassurant pour nous de savoir que Dieu peut rallonger notre existence sur cette terre. Mais en fait, ce miracle est donné afin que la Gloire de Dieu soit manifestée. Oui ! Jésus a besoin de passer par là pour montrer l’éclat de sa puissance divine. Mais la résurrection, la vraie et définitive, nous introduit dans un nouveau rapport avec Dieu. Elle vient nous affranchir des contingences et de la pesanteur humaine. Lazare lui a bénéficié d’une prolongation. Nous nous croyons en la vie après et au-delà de la mort ; celle dans laquelle Jésus nous introduit par sa victoire sur le pire ennemi de l’homme. 

C’est une bonne nouvelle pour notre foi et pour notre vie au quotidien. Dieu a le pouvoir en son Fils de nous donner la vie sur cette terre et de nous admettre dans son éternité au-delà de la mort physique.

C’est à cela que nous prépare la portion d’Ezéchiel que nous avons reçu en première lecture ce matin. Par la bouche du prophète, Dieu nous adresse un message important. Il n’est pas insensible à la misère des hommes. Il n’est pas indifférent à nos situations d’exile, de perte de sens et de repères. Il ne saurait être insensible à toutes ces situations dans lesquelles nous mourrons au quotidien : celles qui tuent en nous l’espérance et nous empêchent de conserver les yeux fixés sur Lui, Dieu.

Comme jadis pour le peuple Israélite en exile forcé, il se fait proche. Il accompagne nos efforts et notre espérance d’un futur meilleur que le présent. La bonne nouvelle, c’est qu’Il nous rappelle notre appartenance à son peuple. Un peuple qu’il aime de tout son cœur de père. Dans le texte, il nous appelle : « Ô mon peuple ». Oui ! nous sommes son peuple. Il est notre Dieu. Ne l’oublions jamais. Il promet donc de nous relever des situations que nous vivons ; de nos malheurs. Il s’engage dans cette promesse à restaurer ce qui est détérioré et ramener nos cœurs vers Lui. Il est là, au cœur de nos vies. Dans le respect de notre liberté, Il nous accompagne. Il nous a créé pour lui et son désir c’est que nous ne soyons jamais loin de Lui.

Dans l’Evangile de ce jour, Jésus se manifeste également comme celui qui nous assure la vie sans fin là-haut près de Dieu. Un motif supplémentaire pour lui faire confiance. Comme il l’a lui-même dit, il est le chemin, la vérité et la vie.

Deux points méritent notre attention en ce dimanche, avant d’entrer dans la semaine sainte,  dans quelques jours. L’autorité de Jésus et l’adhésion des hommes à son message.

Son autorité, il l’ a reçu de son père et il en use pour que la Gloire de Dieu soit assurée. Il ne lui vient pas à l’esprit de s’affranchir de Dieu. Il se fait pour nous serviteur du dessein de Dieu. En cela, son autorité n’est pas pouvoir mais service à la personne ; service de tous les hommes.

L’autre chose importante c’est de nous rendre compte que ce miracle va entrainer l’adhésion des nombreuses personnes présentes et signer l’arrêt de mort de Jésus. Le bien qu’il fait lui attire la haine à mort de ceux qui ne sont pas d’accord avec lui. Ils ont pu rivaliser avec lui sur les actes de salut les plus basiques comme donner à manger ; guérir ou avoir de la compassion pour autrui. Mais en démontrant l’étendue de son autorité qui n’a pas de limites : son autorité sur la vie et surtout la mort, il devient définitivement dangereux pour ses adversaires. Les chefs du peuple (par usurpation) veulent définitivement en finir avec lui pour cela. C’est le prix de la fidélité.

En cette période de confinement, n’oublions pas que nous sommes le peuple de Dieu. Ce sentiment d’appartenance et la sollicitude de Dieu pour nous, doivent  renforcer notre foi et nous rendre plus fermes pour ne pas céder au découragement. Dieu est avec nous dans cette épreuve. Laissons le nous accompagner et nous gagnerons en sérénité dans l’adversité.

Prions pour ceux qui meurent à cause de cette maladie et pour d’autres raison. Que le Seigneur leur donne repos et paix. Et prions les uns pour les autres afin que Dieu nous garde sain et sauf en cette pandémie qui déconcerte. Qu’il soit le rocher qui nous maintient debout et le bouclier qui nous abrite dans ce moment difficile où la foi des uns et             autres est soumise à rude épreuve.

Que la paix de Dieu soit avec chacun et vous tous ! Amen !

                                                                                  Père François Xavier A.

Les Mées

Saint-Auban

Malijai

Volonne

Peyruis

L'Escale

Dabisse

Montfort

Lurs

Sourribes