HOMELIE DU 17e DIMANCHE ORDINAIRE « A »

HOMELIE DU 17e DIMANCHE ORDINAIRE « A »

Dimanche 26 juillet 2020

sagesse  Les textes de ce 17e dimanche s’ouvrent par le récit de la prière de Salomon au Sanctuaire de Gabaon. Un modèle d’humilité et de grande confiance en Dieu. Fraichement parvenu aux affaires après mille péripéties, le jeune roi va se rendre au sanctuaire du Seigneur qui est à Gabaon pour prier. Conscient de la difficulté de diriger un peuple nombreux et des dangers inhérents à sa nouvelle fonction, c’est avec un cœur humble qu’il s’est présenté devant l’autel. A Dieu qui lui manifeste dans un songe sa faveur, Salomon n’a demandé que les grâces pour mieux accomplir ses responsabilités. Un cœur attentif et le discernement nécessaire pour guider le peuple. Et la réaction du Seigneur devant ce choix des plus judicieux, nous montre à quoi ressemble la prière qui plait à Dieu : non pas celle qui vise nos propres intérêts, mais bien sûr, celle désintéressée qui rejoint le projet d’amour et de bonheur de Dieu pour son peuple. Nous sommes devant un choix essentiel de la part de Salomon. A Dieu qui lui demande de déterminer ses priorités, il choisit un chemin qui lui permet d’entrer dans la postérité comme un roi selon le cœur de Dieu. Son trésor c’est le bien de son peuple.   

Le texte d’évangile de ce dimanche s’inscrit dans la même veine et illustre bien le caractère primordial de la recherche de l’excellence en Dieu. On peut parler ici de la recherche des vraies valeurs. Les trois premières paraboles nous parlent des acteurs en recherche de quelque chose de meilleur. Le chercheur de trésor ; le négociant de perles et le pêcheur, sont tous en quêtes. Ce sont des personnes en mouvement qui sont décrient dans ces paraboles de Jésus. Une façon de nous rappeler que la recherche des vraies valeurs se fait au contact des dures réalités de la vie mais aussi à l’écoute de la Parole de Dieu. Ce ne sont pas des hommes suffisants, satisfaits d’eux-mêmes ou de leurs situations, et encore moins, des parvenus. Mais des chercheurs assidus d’une réalité qui remplisse leur vie et leur panier. Ce qu’ils ont donc en commun c’est cette soif du meilleur. Le but de leur cheminement, c’est de trouver leur trésor. Et nous aussi, nous sommes ce dimanche invités à retrouver ce qui est essentiel dans nos vies, ce qui constitue notre trésor véritable. Cela passe par un cheminement en nous-mêmes, guidés par le questionnement suivant : Qu’est-ce qui a du prix à mes yeux ? Qu’est-ce qui est important pour moi ? Où est ton trésor ?

L’autre chose que les acteurs des paraboles de ce dimanche ont en commun c’est le choix radical qu’ils font pour entrer en possession du meilleur. Dans la perspective des dimanches précédents, on peut dire que ces hommes ont la ferme volonté d’accéder au Royaume de Dieu. Et ils sont prêts à payer de leur personne ; à tout abandonner pour entrer en possession de cette vraie valeur.  Le Royaume de Dieu vaut tous les sacrifices. Il n’y a rien de plus précieux.  

Ce que nous pouvons prendre pour notre propre vie en ce dimanche en suivant l’exemple de Salomon c’est la centralité de Dieu dans la vie des hommes de foi ; l’humilité de savoir reconnaître en Lui celui qui a le pouvoir de nous aider à grandir humainement et à prendre notre part dans son projet pour les hommes. La prière de Salomon nous apprend à prier avec nos vies ; à savoir remplir nos prières de ce qui fait la trame de nos vies. Associer Dieu à nos projets et aspirations en toute humilité. En peu de mots, il s’agit de laisser Dieu entrer dans nos vies et les remplir de ses grâces ; de laisser Dieu nous aider à redécouvrir l’essentiel et à tout mettre en œuvre pour le conserver.

L’un des trésors à portée de main, c’est la Parole de Dieu. Laissons-la nous éclairer sur ce qui est important pour nous et sur ce que Dieu est en droit d’attendre de chacun de ses enfants.  Accordons à cette parole divine, une plus grande place dans nos vies pour qu’elle nous transforme et fasse de nous des hommes et femmes en qui Dieu se complait.

Comme le dit si bien l’évangéliste Matthieu, il s’agit d’amasser « des trésors dans le ciel, où la teigne et la rouille ne détruisent point, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur. » (Mt 6, 20-21) Puisse le Seigneur et le Royaume qu’il nous promet être chaque jour les trésors qui nous mobilisent ; puisse sa Parole nous éclairer dans notre quête de sa volonté. Et à terme, puisse le Seigneur nous combler de ses grâces et de ses bénédictions.

                                                                                  François Xavier A.

Les Mées

Saint-Auban

Malijai

Volonne

Peyruis

L'Escale

Dabisse

Montfort

Lurs

Sourribes